© JPVallorani

CUGES LES PINS

La Cavalière

Entièrement cernée par les collines, la plaine de Cuges-les-Pins est une curiosité géologique : un poljé.

La tour de l’Horloge :

Bâtie en 1824, elle remplace celle du XVIIe siècle qui fut bâtie au-dessus de la maison commune, car la population réclamait l’heure officielle. Elle fut détruite en 1811 car elle menaçait les habitations et ne pouvait sonner plus de 19 coups!

Les fontaines et oratoires :

Sur la place de la Libération se trouve la fontaine Moussue. La première fontaine fuyait et provoquait l’hiver des plaques de verglas dans tout le bas de la rue. La fontaine actuelle date des années 1830. En s’approchant plus près, on aperçoit les «têtes» de lions.

Le château des Glandevès :

Aujourd’hui propriété privée : lorsque l’on décida en 1509 de déplacer le village, il fallut aussi déplacer le château.
Le château actuel appartenait aux seigneurs de Cuges : les Glandevès.
Le 11 mars 1509 : les habitants sont autorisés par le seigneur Antoine de Glandevès à s’installer près de ses terres fertiles, autour du nouveau château. Tous les matériaux de l’ancien habitat sont alors récupérés.
XVIe siècle : le cœur du village s’est reconstruit autour du château de Glandevès, situation qui est restée la même jusqu’à nos jours, quoique le village se soit développé plus loin dans la plaine.

Un patrimoine architectural remontant à 1509.

L’église :

La première église de Cuges-Les-Pins est construite en 1509, à droite de celle-ci, on construit en 1615 une chapelle qui sera le caveau familial des Glandevès.
Jugée malcommode et inesthétique la première église est détruite puis reconstruite en 1869.
À l’intérieur de l’église, un fragment de relique de Saint Antoine est soigneusement conservé.

L’aire de Foulage :

Un espace réhabilité avec une vue exceptionnelle dans un lieu chargé d’histoires …
Cette aire pavée de pierres, exposée en plein soleil et parcourue en permanence de légers courants d’air, permettait de battre le grain pour le séparer de l’épi.

La chapelle Saint Antoine :

Surplombant le village, elle a été édifiée en 1896, à l’emplacement de la chapelle de l’ancien château, par le célèbre architecte marseillais Monnier.
La montée vers la chapelle et la vue sur la plaine sont à « couper le souffle ».
Elle porte le nom du saint protecteur et tous les 13 juin, depuis sept siècles, le traditionnel pèlerinage de Saint Antoine de Padoue se perpétue.

L'Activité

Économique

La culture du safran sur les restanques aux XIVe et XVe siècles, la culture des câpres aux XIXe et XXe siècles, donnent une renommée mondiale à ce petit village.
L’extraction de la poix du XVIe au XXe siècle est également une activité importante puisqu’elle devient au XVIe siècle la principale source de revenus.
Sans oublier la sériciculture (la soie) au XVIIIe siècle, les cades, et le romarin au XVIIIe siècle.

Les Randonnées

La commune a réhabilité le « Jas de Frédéric » en refuge sur le parcours du GR 98, au départ du Col de l’Ange et du vallon de Sainte Madeleine.
De nombreuses randonnées dans la Sainte Baume sont accessibles depuis ces 2 sites.

Villes et villages

en Pays d'Aubagne et de l'Étoile